Down In It fut la première chanson en laquelle Trent avait assez confiance pour l'enregistrer. Ce premier single de NIN est sorti en vinyle en 1987.
Mardi 28 Mai 2024    Plan du Site    Contact    Rechercher  :    
Ajouter cette page à vous favoris Faire de cette page votre page de démarrage Faire connaitre ce site par mail
Vote
Jeux
Cartes Postales
Livre d'or
Chat
Forum
Commentaires
Quel Trent êtes-vous ?



Lire un message

   Accueil    Commencer un nouveau sujet

Sujet : and all that could have been...

Auteur : lull' Posté le : 25/2/2002 13:11     Répondre Prévenir le modérateur
je viens de m'apercevoir que le thème de ce morceau se retrouvait dans "the great below"...
J'adore cette continuité dans l'oeuvre de NIN ;)
Auteur : le Révérend Posté le : 25/2/2002 17:12     Répondre Prévenir le modérateur
C'est vrai, la reprise de thèmes musicaux est une habitude chez NIN, avec par exemple le piano de la fin de Closer et au début de The Downward spiral, ou The Frail repris à la fin de the Fragile... Je dis ça sérieusement, hein, parceque j'ai cru comprendre avec ton smiley que tu accusais Reznor de se répéter; moi je pense que c'est une façon de faire le lien entre les tracks, pour éviter de faire "je met des morceaux les uns à la suite des autres sans queue ni tête". Enfin bon, chacun peut y voir ce qu'il veut, toutes les intreprétations sont intéressantes à mon avis...

-* la pensée du jour *-
"even when I'm right with you
I'm so far away"
Auteur : lull' Posté le : 25/2/2002 18:32     Répondre Prévenir le modérateur
Oh non, rien d'ironique dans ce smiley, je n'accusais pas du tt Reznor de céder à la facilité, au contraire ! C'est vrai, j'aime vraiment qu'il y ait un lien entre les morceaux... comment dire...je trouve que ça montre que tout a été écrit intelligemment, qu'il y a un message à faire passer, etque les morceaux n'ont pas été écrits sur des coups de tête...
Wé, j'ai du mal à exprimer ma pensée, mais je me comprend lol
vala ^^
Dernière mise à jour : le 20/04/2005
Plan du site | Contact | Recherche | Webmaster © 1996 - 2005 Laurent CARON